Troubles de l'identité sexuelle

On nomme troubles de l'identité sexuelle le malaise et le sentiment d'incorrection pouvant être ressentis par une personne vis à vis du genre qui lui est attribué selon son sexe.


Catégories :

Trouble sexuel et trouble de l'identité sexuelle - Trouble de la personnalité et du comportement

Recherche sur Google Images :


Source image : champsocial.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • troubles sexuels et de l'identité sexuelle, dsm-IV, nomenclature et classification, pathologies, adultes, désir, voyeurisme. (source : rvd-psychologue)
  • ... Cours de Psychosexologie sur les troubles de l'identité, l'identité sexuelle : fétichisme, paraphilie, transsexualisme, etc. (source : oodoc)
  • L'orientation sexuelle (attirance par les hommes ou les femmes, ou les deux ou ni l'un ni l'autre) de la personne souffrant du trouble d'identité sexuelle... (source : psychomedia.qc)

On nomme troubles de l'identité sexuelle le malaise et le sentiment d'incorrection pouvant être ressentis par une personne vis à vis du genre qui lui est attribué selon son sexe. Les troubles de l'identité sexuelle sont classés par l'OMS dans la liste des maladies, mais les intéressés réclament une démédicalisation et surtout une dépsychiatrisation de ce qu'ils considèrent comme un choix de vie[1].

Une remise en question de la naturalité du genre

Du point de vue essentialiste[2], le genre est perçu comme naturellement associé au sexe, les deux notions se confondant dans une essence masculine ou féminine, qui régit tant le sexe biologique que la majorité des comportements sociaux. [3] De ce point de vue, les troubles de l'identité sexuelle sont reconnus comme une maladie, la personne refusant de reconnaître sa véritable nature. Il s'agit alors de la soigner, en l'aidant à renoncer à des aspirations contre-nature.

Selon le constructionnisme qui est au principe de la théorie du genre, la majorité des comportements associés à l'un ou l'autre genre sont arbitraires et d'origine culturelle[4]. Les troubles de l'identité sexuelle sont perçus comme une volonté de «jouer le genre» (to perform gender) autrement et les circonstances doivent être adaptéesdans la mesure du possible à cette volonté.

Transgenres et transsexuels

Lorsque le genre fait problème, le sexe biologique peut être remis en cause ou non : «Les transsexuels n'essaient pas de changer de genre, mais uniquement de sexe»[5]. En effet, ils considèrent que leur genre est déjà celui qu'on attribue à l'autre sexe, et que c'est leur sexe qui ne leur correspond pas. En conséquence, ils souhaitent une opération qui leur attribuera le sexe voulu, et peuvent être essentialistes (expliquant qu'ils sont nés homme dans un corps de femme ou l'inverse) ou constructionnistes.

Pour d'autres personnes, leur sexe biologique leur convient, mais ils souhaitent le vivre différemment : soit selon les modalités de l'autre genre, soit simplement en dehors de ces canons qu'ils tiennent pour arbitraires, ce que la drag queen Ru Paul formule ainsi : «We are born naked, everything else is drag». (Nous naissons nus, tout le reste n'est que travestissement). Aucune opération n'est alors indispensable, mais la personne appartient à la catégorie la moins bien acceptée par les essentialistes, car son vécu n'autorise aucune interprétation satisfaisante pour cette théorie.

Classifications

Les appellations officielles de ces troubles peuvent être :

Critères du trouble de l'identité sexuelle selon le DSM-IV

Ces critères permettent d'identifier les troubles de l'identité sexuelle

Codification des troubles de l'identité sexuelle selon la CIM-10

Remarque : les deux affections suivantes ne font pas partie des troubles de l'identité sexuelle selon l'OMS, soit :

qui appartiennent aux problèmes psychologiques et comportementaux associés au développement sexuel ainsi qu'à son orientation.

Note : Pour l'OMS, l'orientation sexuelle n'est pas, en elle-même, à considérer comme un trouble.

Bibliographie

Notes et références

  1. «En dépit de toute classification allant dans le sens contraire, l'orientation sexuelle et l'identité de genre d'une personne ne sont pas en soi des maladies et ne doivent pas être traitées, soignées ou supprimées». principes de Jogjakarta sur l'application de la législation mondiale des droits humains en matière d'orientation sexuelle et d'identité de genre, disponibles ici
  2. C'est surtout celui des religions du livre.
  3. «pour les essentialistes, [... ]les différences entre les femmes et les hommes sont le produit de leur essence même, il n'y a pas lieu de distinguer genre et sexe.» Georges-Claude Guilbert, in C'est pour un garçon ou pour une fille ?
  4. «Or, si les attributs de genre ne sont pas expressifs mais performatifs, ils forment en effet l'identité qu'ils sont censés exprimer ou révéler.» Judith Butler in Troubles dans le genre.
  5. Stoller, L'Identification, 1978

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Troubles_de_l%27identit%C3%A9_sexuelle.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu