Sexualité humaine

La sexualité humaine représente un champ de recherches comportementales, sociales, culturelles et civilisationnelles plus ou moins lié à la satisfaction des plaisirs sexuels.


Catégories :

Sexualité

Recherche sur Google Images :


Source image : psycho-ressources.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La sexualité humaine est en soi un problème, lequel pourrait se formuler... Il est vain de vouloir prévenir les comportements sexuels à risque chez les ... (source : books.google)
  • La sexualité humaine représente la totalité des comportements qui concernent la... La complexité de la sexualité humaine est lié aux multiples formes de pratiques et ... Les autres attirances sexuelles que les quatre citées ci-dessus, ... (source : psychobiologie.ouvaton)

La sexualité humaine représente un champ de recherches comportementales, sociales, culturelles et civilisationnelles plus ou moins lié à la satisfaction des plaisirs sexuels. Née de l'analyse physiologique et psychologique des troubles sexuels, la sexologie est reconnue comme la science de la sexualité chez l'être humain, dans ses composantes médicales et sociologiques (y compris et en particulier celles de la neurobiologie, de la psychiatrie et de la psychanalyse).

Article détaillé : sexologie.

Au sens le plus large, la sexualité peut aussi se définir comme une «pratique sociale» génèrant des comportements sexuels dans lesquels s'inscrivent, pour un individu donné, des orientations sexuelles et , à l'échelle de la société, des normes sociales structurées autour de contraintes historiques ou religieuses, médicales ou légales. Les notions psychanalytiques de perversions et la loi fixent les limites jugées socialement acceptables des orientations ou comportements (harcèlement, Abus sexuel sur mineur, viol).

Cette multiplicité de facteurs fait de la sexualité humaine un domaine où s'expriment des enjeux médicaux (santé, prévention), sociaux, philosophiques (plaisir) ou politiques (militantisme, législation).

Normes et diversité des comportements
Article détaillé : comportement sexuel humain.
Détail d'une scène sur le temple de Lakshmana à Khajurâho (Inde) vers 950.

Les comportements sexuels ne se limitent pas au rapport sexuel et sont particulièrement diversifiés. Ils peuvent se réaliser seul, à deux, ou en «groupe» et n'impliquent pas obligatoirement un coït. Les religions fixent le plus fréquemment les normes de ce comportement (comme l'obligation d'une finalité de reproduction dans la doctrine catholique), suivant une structure qu'on peut déconstruire par une analyse historique (cf. Alain Corbin) ou philosophique (cf. Michel Onfray) ou encore neurobiologique (cf. Comportement érotique Serge Wunsch).

Troubles physiologiques

Sur un plan physiologique, si on considère le comportement sexuel comme un moyen exclusivement conçu pour parvenir à l'excitation sexuelle puis à l'orgasme ; on considère généralement comme troubles du comportement :

Troubles psychiatriques

Quoiqu'indissociable du corps, on peut aussi distinguer d'autres limites sur le plan psychologique ou social localisé dans un vif débat militant sur les principes normatifs ; ces troubles sont reconnus comme des «perversions», des paraphilies soit des «infections psychiatriques» dites «de longue durée»,

Article détaillé : Perversion.

Prévention médicale
Article détaillé : MST.

Les pratiques sexuelles peuvent causer nombres de maladies transmissibles via des rapports sexuels (MST) . Des méthodes de protections sont disponibles pour diminuer les risques (préservatifs, condom).

Contrôle des naissances

Article détaillé : Planning familial.

Il existe aussi des méthodes de contrôle des naissances, en lien avec les pratiques sexuelles et la prévention médicale (contraception). Le planning familial sert à désigner ainsi les moyens permettant aux familles de contrôler les naissances.

Orientations et genres sexuels

Hétérosexualité : Scène érotique entre un jeune homme et une hétaïre. Détail d'une œnochoé attique à figures rouges, v. 430 av. J. -C. Provenance : Locri (Italie).

Les principales orientations
Article détaillé : Orientation sexuelle.
Articles connexes : Bisexualité, Homosexualité, Hétérosexualité et Asexualité.

L'orientation sexuelle décrit une attirance sexuelle «dominante», essentiellement selon le sexe des partenaires. La plus souvent avouée est l'hétérosexualité, c'est-à-dire l'attirance sexuelle pour le sexe opposé. Jusque vers le milieu du XXe siècle, c'était l'unique orientation admise comme étant «normale», les autres étant qualifiées de maladie ou de perversion. On admet désormais différentes attirances vis-à-vis des sexes qu'on appelle homosexualité (attirance pour le même sexe) ou bisexualité (prédilection non exclusive pour le même sexe ou l'autre sexe).

Orientations dites «déviantes»

Article détaillé : Paraphilie.

Les autres attirances sexuelles que les quatre citées ci-dessus, qui peuvent quelquefois être qualifiées d'«orientation» quand elles sont majoritaires chez une personne, sont le plus fréquemment jugées comme étant en dehors des normes acceptés. Elles sont alors classées dans les paraphilies (voir OMS). Notons que ces «perversions» sont jugées déviantes ou non, selon le lieu et l'époque : suivant les législations, leur mise en application peut être reconnue comme délictueuse ou criminelle. Les lois et les normes sociales entourant l'orientation et l'attirance sexuelles tendent à fluctuer selon les cultures.

Le genre : une identité non-organique
La représentation du nu et de la sexualité humaine sous l'influence du christianisme : le "cache-sexe".
Peinture Renaissance de Hans Baldung.
Article détaillé : Genre sexuel.
Articles connexes : Femme et homme.

Le genre sexuel décrit la prédilection d'un individu assez à une identités sociales se rapportant au sexe. Dérivant des gender studies, le «genre social» est une identité construite par un individu dans son environnement, qu'on considère généralement non pas comme des données «naturelles» (organe sexuel), mais comme le résultat de mécanismes extrêmement forts de construction et de reproduction sociale, se reliant aux rôles attribués aux personnes selon leur sexe, c'est-à-dire la «masculinité» ou la «féminité».

La question du transsexualisme

Article détaillé : Transsexualisme.
Articles connexes : Transgenre et Travestissement.

Reconnu par l'OMS comme une paraphilie, le transsexualisme n'est néenmoins pas une orientation sexuelle mais une identification sociale de genre (cf. le néologisme transgenre). Dans les faits, un transsexuel peut particulièrement bien être hétérosexuel, homosexuel, bisexuel, ou encore asexuel - le transsexualisme n'ayant aucune incidence sur la sexualité d'un être humain.

Diversité des condamnations
Articles détaillés : Agression sexuelle et Viol.

Sujets à des variations suivant les pays, la nature et l'importance des religions, les Etats peuvent considérer des pratiques sexuelles comme condamnables par la loi :

  • Le viol, défini comme une agression sexuelle impliquant pénétration, est presque toujours sévèrement puni, y compris au sein d'un couple marié (viol conjugal).
  • la sodomie, la fellation et/ou le cunnilingus sont des pratiques sexuelles quelquefois dénoncés comme des «pratiques déviantes» et réprimés pénalement.
  • La fornication, rapport sexuel entre un homme et une femme non mariés peut être réprimée pénalement dans certains États, avec cependant la même inapplicabilité pratique (sauf malchance) que pour le point précédent…
  • L'adultère, rapport sexuel entre une personne mariée et une autre personne qui n'est pas son époux. C'est le plus souvent un motif de divorce aux torts de celui qui le commet.


L'agression sexuelle en France

En droit français, les relations sexuelles entre «adultes consentants» ne sont pas punies pénalement, quelle que soit leur nature, et tant qu'il n'y a pas d'atteinte à l'intégrité physique.

  • Le viol est un crime jugé par la Cour d'assises qui se définit par une pénétration sexuelle forcé. Il existe des circonstances aggravantes s'il y a rapport d'autorité, menace, séquelles, vulnérabilité (enfants) ou conjugalité (loi du 4 avril 2006).
  • L'adultère n'est plus une infraction pénale depuis 1975 mais reste un motif de divorce, l'article 212 du Code civil français disposant que «les époux se doivent mutuellement fidélité».

Bibliographie
  • (en) Anders Agmo Elsevier 2007
  • Nathalie Bajos et Michel Bozon (sous la direction de ), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Éditions La découverte, 2008. (ISBN 9-782707-154293) (enquête dite CSF-2006, voir dossier de presse)
  • Sylvie Chaperon, Les Origines de la sexologie, 1850-1900, Audibert, 2007.
  • Alain Corbin, , L'harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l'avènement de la sexologie, Perrin, 2007.
  • Michel Foucault,
    • La volonté de savoir. Histoire de la sexualité, I (1976)
    • L'usage des plaisirs. Histoire de la sexualité, II (1984)
    • Le souci de soi. Histoire de la sexualité, III (1984)
  • Michel Onfray, Le souci des plaisirs, construction d'une érotique solaire, Éditions Flammarion, 2008. (ISBN 9-782081-216327)
  • (fr) Serge Wunsch Thèse de doctorat sur le comportement sexuel Paris Sorbonne 2007

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Sexualit%C3%A9_humaine.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu