Misogynie

La misogynie est un trait de caractère qui se manifeste par un sentiment d'hostilité, de mépris à l'égard des femmes. La majorité du temps les misogynes sont des hommes, mais une femme peut aussi être misogyne.


Catégories :

Sexisme - Condition féminine - Polarité sexuelle - Psychologie sociale - Sociologie

Recherche sur Google Images :


Source image : lecclesiaste.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • misogyne - Qui n'aime pas les femmes, les déteste, porte envers elles un sentiment d'hostilité, de dédain, de mépris; Personne (homme ou femme) qui n... (source : fr.wiktionary)

La misogynie est un trait de caractère qui se manifeste par un sentiment d'hostilité, de mépris à l'égard des femmes. La majorité du temps les misogynes sont des hommes, mais une femme peut aussi être misogyne. C'est l'une des deux formes de sexisme. La forme opposée est la misandrie.

Le mot misogynie vient du grec ancien misosgyné. Il est constitué de deux mots grecs anciens μῖσος (misos) (haine) et de γυνή (gyné) (femme). ).

Psychologie sociale de la misogynie

La misogynie est une relation intergroupe entre hommes et femmes où les femmes sont sous-évaluées comparé aux hommes. C'est un phénomène social qui apparaît dans les trois cas suivants :

Ces explications ne sont pas mutuellement exclusives, elles peuvent se combiner.

Les différences intergroupes peuvent être atténuées, compensées ou inversées par d'autres différences intergroupes (Doise et Deschamps). A titre d'exemple, on peut être un homme dans l'entreprise A ou une femme dans l'entreprise B, mais également une femme dans l'entreprise A ou un homme dans l'entreprise B. Enfin, même dans une société à dominance globalement masculine, une femme peut représenter le pouvoir, par exemple dans le cas d'une relation hiérarchique, ce qui change le rapport de force. Cela fait que le problème n'est pas aussi binaire qu'on pourrait le croire.

Misogynie et langage

Article détaillé : langage sexiste.

La misogynie peut passer inaperçue à la conscience quand elle est portée par le langage. En langue française, par exemple, on peut remarquer que le mot prononcé "homme" a un sens ambigu, le masculin étant alors symboliquement dominant sur le féminin. Il peut signifier la totalité des êtres humains comme il peut désigner les êtres humains de sexe masculin.

Misogynie et homosexualité

Dans les civilisations antiques guerrières, l'homosexualité était quelquefois admise, mais pénétrer était valorisé tandis qu'être pénétré était dévalorisé. Cela était valable pour l'homosexualité comme pour l'hétérosexualité (dans ce cas il s'agit de misogynie). Être pénétré étant reconnu comme une position "passive par conséquent inférieure" et pénétrer comme une position "active par conséquent supérieure". Cette vision des choses perdure aujourd'hui comme on peut le voir dans les termes de la duperie (duper/être dupé)  : baiser/être baisé, enculer/être enculé. Le premier doublet étant plus orienté hétérosexuel et le second étant orienté homosexuel. L'utilisation de ces termes remplacent les mots tromper/être trompé, alors plus dédié à la notion d'adultère.

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Misogynie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu