Contrôle des naissances

Le contrôle des naissances a fait l'objet, depuis le début du XX e siècle, de diverses politiques visant à la réduction du taux de fécondité, surtout par le biais de la contraception.


Catégories :

Contraception - Démographie - Politique - Santé publique

Recherche sur Google Images :


Source image : chine-informations.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • contrôle des naissances est appliqué sur la base de quotas fixés pour... qu'elles utilisent des moyens de contraception, en se servant de dispositif.... Cette politique comporte l'utilisation de méthodes cœrcitives, lesquelles ne sont ... (source : commission-refugies)
  • Le contrôle des naissances est une méthode utilisée par les hommes et les ... Énormément d'adolescentes de prendre la pilule contraceptive uniquement pour ses... (source : fr.mixednews)
  • Actuellement, le contrôle des naissances ou la contraception est une question de grand... Une méthode contraceptive particulièrement populaire qui n'implique pas... de ces techniques de contrôle des naissances est caractérisée par un taux spécial... (source : drugdelivery)

Le contrôle des naissances a fait l'objet, depuis le début du XXe siècle, de diverses politiques visant à la réduction du taux de fécondité, surtout par le biais de la contraception. Celle-ci est définie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme «l'utilisation d'agents, de systèmes, de méthodes ou de procédures pour diminuer la probabilité de conception ou l'éviter» [1]. La contraception sert à désigner seulement les procédés temporaires et réversibles, sinon il s'agit de stérilisation : castration, vasectomie ou ligature des trompes. Outre la contraception et la stérilisation, les politiques de contrôle de naissances, quelquefois liée à une conception malthusienne, procèdent aussi par incitations (fiscales, économiques, politiques, etc. ).

Étymologie

Le terme contraception a comme origine :

La contraception de l'Antiquité à Malthus

Déjà chez les Mésopotamiens (1600 av Jésus Christ), les femmes utilisent des pierres pour ne pas concevoir : elles choisissent des pierres ovales ou arrondies qu'elles introduisent dans le vagin, le plus loin envisageable, c'est la méthode intra-utérine. En Égypte, le Papyrus Ebers prescrit plusieurs recettes contraceptives, composée d'excréments de crocodile, de natron, de miel et de gomme arabique. On dit que les premiers préservatifs masculins seraient égyptiens, confectionnés avec des intestins de petits animaux (chats... ). Selon certains auteurs, il existerait aussi, dans les papyrus Egyptiens, des rédigés disant que Ramsès aurait fait distribuer à la population des contraceptifs pour limiter la surpopulation et les risques de famine.

De leur côté, les Araméennes de confession hébraïque utilisent, sur le conseil du rabbin (IIe siècle ap. J. C), le moukh, une éponge positionnée dans le vagin qui empêche le sperme d'atteindre l'utérus. [2]

Les grecs et les romains ont quant à eux utilisé l'avortement et l'infanticide en cas d'échec des drogues et des amulettes.

Des rédigés de l'Antiquité préconisaient aux femmes de sauter plusieurs fois après la relation sexuelle pour faire sortir un produit composé de glaire et de sperme, évitant ainsi la fécondation.

Soranos d'Éphèse décrit la pratique de l'avortement et la confection d'un tampon qui empêche l'ascension du sperme, en parlant des éponges du Levant, connues pour leur souplesse et leurs capacités d'absorption[3]. Ces éponges, dénommées «mignonnettes», étaient toujours utilisés au XXe siècle.

À l'arrivée du christianisme, l'Église Catholique imposait l'abstinence comme seul moyen de contraception, et encourage toujours aujourd'hui ce mode de contraception à ses fidèles. Les premiers chrétiens condamnèrent tout contrôle de la fécondité qui permettait le plaisir mais empêchait la procréation. Avortement et contraception furent reconnus, par les premiers chrétiens, comme des pratiques identiques, à savoir des tentatives pour profiter des plaisirs du sexe, sans génèrer d'enfant. L'Eglise romaine condamne tout acte conjugal volontairement amputé de sa vertu procréatrice[ref nécessaire]. Cependant si le plaisir sans procréation est condamné[ref nécessaire], l'abstinence est glorifiée par les tenants de cette religion. Cette méthode contraceptive s'accompagne, en effet, selon eux, de valeurs jugées positives, enseignées par l'Église après le concile de Trente (XVIes)  : le sens de la responsabilité et la maîtrise de soi, l'amour conjugal qui peut amener un mari à vouloir éviter à son épouse des grossesses répétées, l'attachement à l'égard des enfants qu'on pourra élever avec d'autant plus de soin qu'ils seront moins nombreux (bien que la contraception permette d'arriver au même résultat). L'Eglise catholique préfère aujourd'hui encourager les méthodes de Planification familiale naturelle, telles que la méthode Billings, à toute méthode chimique ou mécanique.

Parallèlement aux recommandations de l'église se développe tout un tas de croyances farfelues ; voici quelques recettes contraceptives utilisées entre le XIe et le XVe siècle [ref nécessaire] :

Il aura fallu attendre le XVIe siècle pour voir apparaître le premier préservatif à base d'herbes, découvert par Gabriele Falloppio. On expérimentera aussi, à cette époque, différentes injections intra-vaginales. Généralement, on préfère alors parler d'étreintes réservés et de manœuvres post-coïtales. En 1661, Madame de Sévigné parle, dans ses «Lettres à sa fille» d'utiliser des «restringents» ou de faire chambre à part.

Du malthusianisme au XXIe siècle

Au XIXe siècle, Thomas Malthus constate que la courbe des naissances dépasse la courbe des subsistances. Craignant la surpopulation, il prône le recours à un contrôle des naissances qui n'empêcherait pas le plaisir.

La politique de contrôle des naissances mise en œuvre dans divers pays a suivi différentes finalités et différents moyens. Elle a ainsi pu aller de pair avec l'eugénisme (surtout sous le nazisme) ou avec des méthodes de stérilisation contraintes (Japon, Etats-Unis, Suède, Allemagne nazie, Pérou sous Fujimori dans les années 1990, etc. ). D'autre fois, elle a plutôt incité à des comportements donnant la possibilité une baisse du taux de fécondité, surtout via le droit ou l'économie. D'autres pays ont au contraire mis en place une politique nataliste, visant à l'augmentation de la fécondité (surtout la France sous la Troisième République, mais aussi l'Italie fasciste ou l'Allemagne nazie). L'explosion de la démographie au XXe siècle, la population mondiale passant de 1, 6 à 6 milliards d'habitants de 1900 à 2000 [4], a cependant favorisé le soutien aux politiques de contrôle des naissances.

Dès la fin du XIXe siècle, les politiques de contrôle des naissances deviennent populaires, surtout dans les pays anglo-saxons, mêlant plusieurs facteurs, dont la crainte d'une explosion des naissances des populations des Etats colonisés, la popularité des thèses eugénistes, mais également les progrès de la laïcité et du féminisme, qui affirme le droit à disposer de son corps [4].

Après la Deuxième guerre mondiale, les méthodes contraignantes (en particulier les programmes de stérilisations contraintes) ont perdu de leur légitimité en même temps que l'eugénisme, quoique certains programmes aient été continués (aux Etats-Unis jusqu'aux années 1960, au Pérou dans les années 1990). Les Etats ont eu alors tendance à procéder via des incitatifs non contraignants, sous le nom de planning familial, à l'exception notable de l'Inde et de la Chine. L'aspect contraignant des méthodes de contrôle des naissances a été dénoncé surtout dans les années 1980, certains auteurs soulignant la continuité entre les méthodes mises en œuvre par des régimes démocratiques et celles utilisées par des régimes totalitaires [4]. Dans le même temps, les essentielismes religieux et le mouvement «pro-vie» critiquaient ces politiques [4].

La promotion de la maîtrise des populations (en partie soutenue par des organisations mondiales comme l'OMS) a mené à déployer la contraception dans des pays à économie fragile ainsi qu'à population en forte croissance après la révolution agricole (augmentation de la capacité à nourrir les populations) et la révolution médicale (déploiement mondial de médicaments, de règles d'hygiène et de pratiques réduisant sensiblement la mortalité). Ces politiques ont été initiées dès les années 1950 par l'Inde et le Pakistan, et continueront, de manière brutale en Chine et en Inde, lors des années 1980 [4]. En Inde, Sanjay Gandhi, le fils du Premier ministre Indira, fait ainsi réprimer les populations récalcitrantes [4], alors que Deng Xiaoping met en œuvre, en 1979, la «politique de l'enfant unique».

Ces deux pays, les plus peuplés du XXe siècle, ont en effet eu massivement recours à la contraception, à l'avortement ainsi qu'à la stérilisation pour limiter la croissance de leur population. Ainsi, dans le canton chinois de Linyi (province de Shandong), une campagne de stérilisations et d'avortements forcés a affecté 7000 femmes en 2005 . Les fonctionnaires du planning familial ont voulu rectifier de force les mauvais chiffres de la natalité dans cette région. Le sommet est atteint en 1983, avec d'avantage de 50 millions de personnes concernées, par des moyens particulièrement divers (16 millions de femmes stérilisées et 4 millions d'hommes; 14 millions d'avortements; 18 millions d'insertions de systèmes intra-utérins) [4]. Occasionnellemen, la contraception forcée a aussi été employée comme au Tibet.

La scolarisation, l'accès aux soins, l'augmentation de la durée du célibat des femmes et l'urbanisation diminuent la natalité. Dans de telles conditions, la majorité des populations adoptent un taux de natalité proche du taux occidental. Généralement, les politiques de contrôle des naissances auraient cependant eu un effet modéré, malgré les fonds engagés dans les années 1970 [4]. Au Brésil, la baisse du taux de fécondité a ainsi eu lieu en l'absence de programme de planning familial, occasionné par la hausse du niveau d'éducation des femmes [4]. Ailleurs, elle a pu avoir eu lieu avant la mise en œuvre des politiques de contrôle des naissances [4].

Les politiques de contrôle de naissance en France

Ayant une population moindre que l'Allemagne, son ennemi respectant les traditions, la France applique une politique nataliste au début du XXe siècle. Elle interdit ainsi, le 31 juillet 1920, la propagande anticonceptionnelle [5]. Cette politique sera poursuivie tout au long de la Troisième République, puis sous Vichy. Les réformes du droit de la famille dans les années 1960 y mettront un terme relatif.

Le 8 mars 1956, l'association Maternité heureuse se crée, elle militera pour donner accès à la contraception aux françaises et pour l'abolition de la loi de 1920.

L'année 1961 connaîtra, en mars, la condamnation de «tout procédé contraceptif ou moyen stérilisant qui a pour but d'entraver la venue au monde des enfants», par l'Assemblée des cardinaux et archevêques de France. Puis en juin, l'ouverture du premier Centre de planification à Grenoble par Henri Fabre, ainsi qu'un second à Paris en octobre.

En 1967, la Loi Neuwirth vient abroger la loi de 1920, autorisant ainsi la contraception, qui ne sera remboursée qu'en 1974 avec la loi Veil.

Seules 5 % des françaises âgées de 18 à 45 ans n'utilisent aucune méthode contraceptive, et plus des deux tiers des grossesses non-désirées interviennent chez des femmes qui déclarent utiliser un moyen contraceptif. [6] Tandis que l'âge du premier rapport sexuel ne bouge pas depuis 20 ans (17 ans en moyenne), l'âge moyen d'une mère à l'apparition de son premier enfant augmente sans cesse (26, 5 ans en 1977 à près de 30 ans en 2004) [7]. En 2000, la pilule est utilisée par 60% des femmes de 20 à 44 ans ; le stérilet, par 23% d'entre elles.

Méthodes de contrôle des naissances

De nombreuses méthodes de contraception sont utilisées par les humains depuis la nuit des temps. L'efficacité et la facilité d'utilisation fluctuent largement.

Les méthodes de contraception peuvent se décliner en plusieurs catégories :

Les méthodes dites naturelles ne sont quelquefois pas reconnues comme des moyens de contraception. Cela dit, elles entrent dans la définition donnée par l'OMS comme "méthodes ou procédures servant à diminuer la probabilité de conception" et semblent par conséquent à ce titre avoir leur place dans cet article.

Pour mémoire, les pratiques sexuelles excluant la pénétration vaginale telles que la sodomie, la fellation ou la masturbation réciproque, ne amènent normalement pas à une fécondation, mais il n'est pas exclu que du sperme entre accidentellement en contact avec le vagin.

Il existe qui plus est deux moyens de contraception dits "d'urgence", à savoir la pilule du lendemain (qui en fait, combine les actions contraceptive et contragestive) et la pose d'un DIU.

Jusqu'aux années 1960, la contraception était quasiment exclusivement mécanique. Elle est devenue massivement médicale avec la naissance des traitements hormonaux («la pilule»).

Enjeu et polémiques

De par ses implications sur la population, la contraception est un enjeu philosophique, religieux et politique majeur, sujet à polémique (voir aussi les polémiques sur l'interruption volontaire de grossesse).

La contraception a longtemps été reconnue comme indésirable, et quelquefois interdite, chaque humain supplémentaire étant reconnu comme une richesse et les rapports sexuels comme plaisir étant reconnus quelquefois comme honteux et réprimables. Au XXe siècle, les mouvements de libération sexuelle occidentaux ont fait évoluer cette vision. La contraception est désormais fréquemment perçue comme un moyen de maîtrise individuelle de la fécondité et de la reproduction donnant la possibilité l'épanouissement individuel.

Certains groupes religieux refusent l'usage de la contraception. Les autorités musulmanes et protestantes n'ont pas adopté de position unique.

Le catholicisme est opposé à l'usage de toute contraception artificielle, et prône le contrôle des naissances par les méthodes de planification familiale naturelle.

En 1930, le pape Pie XI interdit ainsi toutes méthodes artificielle qui entraverait la procréation[8]. Vingt et un ans après, Pie XII autorise l'abstinence sexuelle périodique, mais aussi la régulation des naissances pour raison économique, eugénique, sociales ou médicales.

Le 29 juillet 1968, l'encyclique Humanæ Vitæ de Paul VI condamne l'utilisation de la pilule contraceptive et de toute régulation artificielle des naissances.

Notes et références
  1. Définition de l'organisation mondiale de la santé.
  2. Nathalie Guiol. Les tribulations du vase sacré : une histoire de la contraception et de l'avortement vue du côté des femmes. Mouvement français pour le planning familial, 1999.
  3. Traité de gynécologie et d'obstétrique de Soranos d'Éphèse au IIe siècle
  4. abcdefghij Paul-André Rosental, La biopolitique à l'épreuve de la croissance démographique mondiale, La Vie des idées, 26 juin 2009 (à propos de Matthew Connelly, Fatal Misconception : The Struggle to Control World Population, Harvard University Press, 2008)
  5. Légifrance - Loi ordinaire du 31 juillet 1920
  6. Etude Cocon, menée en 2000 par l'Inserm et l'Institut national d'études démographiques
  7. Baromètre santé 2005
  8. Encyclique Casti Connubii

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Contraception.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu