Argot

Selon certains auteurs, un argot est un registre de langue ou un parler spécifique à un groupe social, c'est-à-dire un sociolecte, qui vise à exclure tout tiers de la communication.


Catégories :

Argot - Variante du français

Recherche sur Google Images :


Source image : platea.pntic.mec.es
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • Argot français - French slang (argot français - french slang) argot français... www. dictionnairedelazone. fr | Détails http ://www.... (source : wananow)

Selon certains auteurs, un argot est un registre de langue ou un parler spécifique à un groupe social, c'est-à-dire un sociolecte, qui vise à exclure tout tiers de la communication. L'argot a originellement pour fonction de crypter le message, avec pour visée qu'un non-initié ne le comprenne pas. Il a aussi une fonction identitaire car il permet la reconnaissance mutuelle des membres du groupe et la démonstration de leur séparation de la société par un langage différent. On peut distinguer l'argot du jargon, qui est propre à un groupe professionnel et est censé en théorie ne pas avoir cette visée cryptique.

De grands spécialistes de l'argot comme Dauzat ou Esnault se sont prononcés contre cette thèse cryptique que ses défenseurs sont de toute façon obligés de relativiser et d'élargir. Pour Gaston Esnault, «Un argot est la totalité oral des mots non techniques qui plaisent à un groupe social» (définition du Dictionnaire historique des argots français de 1965).

C'est à dire, s'il peut arriver qu'un utilisateur d'argot emploie des mots pour éviter que certaines personnes ne le comprennent, cela ne veut pas dire pour tout autant que le recours à des mots argotiques soit principalement dû à une volonté de cryptage. L'histoire des dictionnaires de jargon et d'argot depuis les livrets populaires facétieux de Pechon de Ruby et d'Ollivier Chereau prouve qu'il faut plutôt chercher dans la direction de l'expressivité associée aux mots répertoriés : en quoi les expressions abbaye de mont (e) -à-regret "potence" et huistres de Varanes (huîtres de varennes (garennes) "fèves", recensées par Chereau (édition lyonnaise de 1630 la plus ancienne conservée), seraient-elles cryptiques ?

Pour les argots de groupes, il faut intégrer dans l'expressivité de ces mots la marque de rattachement des énonciateurs à la vie ainsi qu'aux activités des groupes.

Fonction et origines de l'argot

Argot commun

L'argot commun, quelquefois nommé jargot, est un parler familier dérivé de l'argot mais qui en a perdu les fonctions cryptiques et identitaires. Il n'est plus spécifique à un groupe, et est principalement utilisé dans une visée ludique : les locuteurs «jouent» à reproduire un parler beaucoup connoté. Il reprend généralement du vocabulaire argotique «dépassé», abandonné par le groupe social qui en est l'origine dès qu'il a été compris par des tiers. Le «français branché» des années 1980 est un exemple typique d'argot commun.

Procédés d'élaboration de l'argot

Pour élaborer un parler qui lui est propre, un groupe social a recours à différents moyens. Principal est lexical : on associe d'ailleurs le plus souvent l'argot seulement à un vocabulaire spécifique. Cependant, il peut y avoir aussi une modification de la syntaxe, même si elle est d'une bien moindre importance.

En réalité, l'argot est toujours réputé pour son vocabulaire, mais cela ne veut pas dire qu'il suit les règles syntaxiques, grammaticales, phonétiques, pragmatiques... de la langue standard. La formation des phrases, la prononciation, l'intonation, la gestuelle... sont particulièrement différentes de la norme officielle et participent par conséquent à la distinction du groupe. Néanmoins, les procédés autres que lexicaux utilisés par l'argot ne lui sont généralement pas propres : il s'agit le plus souvent de caractères du langage courant ou populaire.

Quant aux procédés d'élaboration lexicale, ils sont de deux types : soit sémantiques (modification et jeu sur les sens des mots), soit formels (création ou modification de mots). Quand l'élaboration lexicale est formelle, on assiste fréquemment à une déconstruction du langage familier : l'argot déforme, mélange, déstructure, découpe... les mots et enfreint les règles. Cette déconstruction laisse transparaître la volonté du groupe social de se démarquer en rejetant la société établie.

Les procédés décrits ici concernent l'argot français actuel, et surtout le français contemporain des cités.

Cette liste est inspirée de la classification de Marc Sourdot (opus cité ci-dessous).

Exemples de termes d'argot

Bibliographie

Références et notes

  1. L'auteur original du dictionnaire est Jean La Rue, un pseudonyme utilisé plusieurs fois par Jules Vallès, mais la première édition (1894) de ce dictionnaire recopie des termes trouvés dans des ouvrages parus après la mort de Jules Vallès et l'édition de 2007 reproduit une édition Flammarion de la seconde moitié du vingtième siècle qui ajoute elle-même des erreurs à une réédition Flammarion de 1901 comportant de nombreux termes nouveaux ajoutés seize ans après la mort de l'écrivain.
  2. Revue d'histoire du XIXe siècle, n° 36, 2008/1, pp. 187-189

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Argot.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu