Comportement sexuel humain

Le comportement sexuel humain est abordé ici comme la composante de la sexualité humaine décrivant en détail et statistiquement les actions liées au sexe ; les tenants...


Catégories :

Sexualité - Sexologie - Pratique sexuelle

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'aspect physique du comportement sexuel humain est la composante de la sexualité humaine qui en décrit l'intimité physique; son but peut être la... (source : babylon)
  • Le premier soutien que le comportement sexuel humain est comparable à celui qu'on retrouve chez l'ensemble des mammifères et , à ce titre, justifie le principe... (source : cegeptr.qc)
  • L'aspect physique du comportement sexuel humain est la composante de la sexualité humaine qui en décrit l'intimité physique; son but peut être.... (source : majoke)

Le comportement sexuel humain est abordé ici comme la composante de la sexualité humaine décrivant en détail et statistiquement les actions liées au sexe ; les tenants et aboutissants de ce comportement apparaissent comme : un éveil et une découverte de son corps pouvant interagir avec d'autres, la recherche du plaisir impliquant ou non un rapport sexuel, l'atteinte de l‘orgasme à des fins voulues ou non de reproduction.

D'importantes études statistiques ont remis en question les préjugés sur le comportement sexuel : le premier choc eu lieu aux Etats-Unis avec les rapports Kinsey en 1948-1953. À l'inverse, une mode contemporaine portant sur l'érotisme[1] donne l'idée d'une liberté des comportements depuis la révolution sexuelle des années 1970 mais, face à cette nouvelle injonction normative, des éléments entrent en contradiction et les enquêtes dévoilent dans les faits une relative «sagesse» laissant percevoir que cette «révolution» est désormais derrière nous[2].

Comme d'autres primates, l'humain inscrit aussi sa sexualité dans l'entretien des liens sociaux et affectifs qui dépassent amplement le cadre strict du comportement. Enfin, comme relation à la fois «physique» et «sociale», ce champ conceptuel doit intégrer la totalité plus vaste d'une «pratique sociale» - où s'impliquent infailliblement des normes et des croyances - ; la part principale de la différentiation sexuelle pouvant elle-même poser de nombreuses questions.

Article détaillé : genre sexuel.
Félix-Jacques Antoine Moulin (1802 -1875)


Sexualité, sensualité

Suivant une question assez proche de la distinction entre érotisme et pornographie, il peut paraitre légitime de chercher la frontière délicate qui sépare la sensualité de la sexualité ? Il est néenmoins complexe d'établir une limite entre plaisir sexuel et non-sexuel, y compris dans celui génèré simplement par le contact de quelqu'un d'autre. Dans un exemple quotidien, le fait de tenir une main peut avoir une connotation fraternelle, amicale, ou sexuelle, selon l‘lieu, la situation et bien d'autres facteurs culturels. Ce type de comportement érotique est en fait un long apprentissage des faits et gestes qui sont le plus souvent définis comme sexuels tout en ayant d'autres connotations selon les circonstances. Cette distinction peut s'établir sur des règles sociales locales, mais également d'un individu à l'autre et chez le même individu, selon le moment. Quelques critères peuvent être comparés :

Le fantasme, le désir, l'inimaginable…

La vie sexuelle englobe la totalité des activités sexuelles d'une personne (les rêves érotiques, les fantasmes, la masturbation, et les rapports partagés), la libido exprimant une part de désir explicative du comportement sexuel. La majorité des personnes focalisent leur désir sur l'ou les personne (s) avec qui elles ont des relations sexuelles, ou avec lesquelles elles désireraient en avoir. Énormément prennent plaisir à fantasmer, simplement en se basant sur leur imagination, ou en lisant des ouvrages à caractère sexuel, des magazines érotiques, ou alors en visionnant des films ou en imaginant telle ou telle situation érotique.

Articles détaillés : Pornographie et Érotisme.

Ces fantasmes ne sont pas nécessairement réalisés ensuite ; il n'empêchent qu'ils portent en eux une large part normative. C'est ainsi que les «normes» de la pornographie s'inscriront dans le quotidien et l'intimité sexuelle de nombreux couple, prolongeant un rapport aux deux sexes si ancien qu'il pourrait être reconnu comme «civilisationnel». C'est aussi cette structuration que voulait abolir certains mouvements minoritaires, ce que résument Pascal Bruckner et Alain Finkielkraut en quatrième de couverture du Nouveau désordre amoureux (1977)  : «que toutes ces révoltes enfin ne présagent ni un autre règne ni un nouveau monde pacifié mais que s'infiltre progressivement dans le vieux système occidental de l'Eros orgastique et obligatoirement hétérosexuel un désordre qui est la fin des incompatibles, le brouillage des repères, la cœxistence envisageable dès désormais de l'ensemble des sexualités y compris les plus sentimentales. Retour du risque et , au centre du texte, la formule "je t'aime"».

l'éveil à la vie sexuelle

  • Premières sensations. Il est le plus souvent reconnu que les enfants sont capables de ressentir un plaisir sexuel, même s'ils ne peuvent sérieusement ni s'engager dans des rapports, ni se reproduire ; Freud, entre autres, a néenmoins démontré que tout individu, quel que soit son âge, exprime une «sexualité» mais celle-ci reste «indéfinie» chez l'enfant (surtout en termes de genre, d'actes, …).
Article détaillé : Sexualité infantile (psychanalyse) .
Le «premier baiser», un évènement mémorable
  • Signes physiologiques. L'entrée physique dans la sexualité est biologiquement marquée différemment entre filles et garçons : pour les premières, la naissance des règles vers 13 ans marque une rupture avec l'enfance ; pour les garçons, la masturbation, pratiquée en solitaire et marginalement en groupe, est incontestablement le premier signe d'une vie sexuelle vers 14 ans [3].
  • Premières expériences. Le contexte et l'âge du premier partenaire ont énormément évolué : dans les années 1950, les rencontres avait lieu à la faveur des bals, du voisinage, de la famille ; actuellement, elles ont le plus fréquemment lieu dans le contexte études (collège, lycée, université, …). Une étape est remarquée avec le «premier baiser» (soit «avec la langue») qui laissera un souvenir majeur : l'âge lié à cet évènement a aussi évolué au cours du dernier demi-siècle passant de 16-17 ans à 13-14 ans (concomitant à la naissance des premiers signes physiologiques). L'âge du premier rapport sexuel (au sens strict) tend aussi à s'abaisser ainsi qu'à s'égaliser passant de 21 ans pour les filles et 19 ans pour les garçons à 17 ans ½ pour les deux. S'ouvre alors une «jeunesse sexuelle».

Description et statistiques

L'acte sexuel : caractéristiques moyennes

En moyenne[4], à l'âge adulte (plus de 18 ans), les rapports sexuels durent à peu près 30 mn, plus courts avec un partenaire cohabitant (ex. couple marié), et plus long avec un partenaire nouveau (presque une heure). Le nombre de rapports est d'environ 9 par mois, atteignant 12 chez les 20-24 ans et descendant à 6 pour les plus de 55 ans. La fréquence des rapports est corrélée au degré de satisfaction «très bon/ particulièrement satisfaisant» pour 15-30% ayant moins de 3 rapports/mois et 55-75% pour ceux en ayant plus de 20.

Diversité des pratiques

Articles connexes : Abstinence sexuelle, Asexualité et Chaseteté.
  • asexualité. Si seul 1% de la population de plus de 25 ans n‘a jamais eu de relations sexuelles, une grande part n‘a pas de rapports pendant de longues périodes d'abstinence.
  • caresses. Les caresses appartiennent à de nombreux répertoires difficilement quantifiables : jeu de séduction, préliminaires à un rapport, ou pratique sexuelle revendiquée comme telle (l'outercourse, soit des caresses allant jusqu'à la masturbation mais sans pénétration).
  • masturbation. La masturbation (probablement entendue comme pratiquée seul chez les personnes interrogées) est courante pour 22% des femmes et 45% des hommes, le maximum étant atteint chez les plus diplômés ; à l'inverse, 34% des femmes et 9% des hommes disent ne l'avoir jamais pratiqué[5]. La question de la masturbation suscite quelques interrogations lorsque à l'objectivité des réponses, des questions plus détournées tendent à démontrer qu'elles sont bien plus habituelles mais inavouées : d'autres chiffres avancent plus de 90% d'hommes et à peu près 50% de femmes (qui admettent une fois dans leur vie)...
  • sexualité vaginale. C'est la pratique sexuelle la plus courante. La fréquence des rapports sexuels est variables selon l'âge et de la nature de la rencontre (les rapports seront ainsi plus longs et plus habituels avec un nouveau partenaire)  ; les individus ayant plus de rapports sexuels vaginaux sont aussi ceux qui ont des pratiques sexuelles plus diversifiées avec un plus grand nombre de partenaires.
  • sodomie. Avec 15%, la pénétration anale est une pratique finalement assez peu courante et , au contraire de la masturbation ainsi qu'à la sexualité orale, elle suscite une certaine réticence dans les milieux les plus diplômés. Fréquemment associé seulement aux hommes homosexuels, le sexe anal est une pratique sexuelle aussi caractéristique des couples hétérosexuels.

Pratiques sexuelles rares

Article connexe : paraphilie.

On peut citer pour mémoire quelques modes de sexualité assez «performants» : BDSM, fisting, fétichisme, fessée, jeu de rôles sexuel... D'autres formes d'activité peuvent se réaliser sans aucun contact : exhibitionisme, voyeurisme, téléphone rose, cybersexe... (en outre, une relation sexuelle n'inclut pas nécessairement un contact direct : voir Sextoy). Certaines de ces pratiques et quelques autres s'apparentent à des déviances :

  • recours à la prostitution. Inavoué et illégal, le recours à la prostitution reste fréquent ; il concerne un cinquième des hommes qui y ont recours une fois dans leur vie : c'est le cas de 30% des sexagénaires, 20% des quadragénaires et 10% des vingtenaires. Dans chaque tranche d'âge, entre 3 et 5% des hommes admettent avoir eu un rapport payant dans les cinq dernières années. [6]
  • sexualité de groupe
Article détaillé : Sexualité de groupe.

Positions sexuelles

Article détaillé : Position sexuelle.

Genre sexuel

Si la différence anatomique des sexes est biologique, celle du genre sexuel peut s'affirmer comme «sociale» ou alors «militante», au sens anglo-saxon du mot gender lié aux mouvements LGBT, à la révolution sexuelle ainsi qu'à la contre-culture. Les définitions homme/femme sont alors affaire de revendications. L'appartenance revendiquée à un genre ne détermine pas spécifiquement les comportements sexuels.

Article connexe : transexualité.

Homo-bi-sexualité

Article connexe : Orientation sexuelle.

Les études statistiques sur la sexualité définissent de multiples catégories allant de l'attirance exclusive pour l'autre sexe («hétérosexuel (le)»), une attirance préférentielle pour le même ou l'autre sexe («bisexuel (le)»), et une attirance exclusive pour le même sexe («homosexuel (le)»)  ; dans cette acceptation qui n'incluent pas la notion de pratiques (franchir le pas) ou de fréquences (il y a combien de temps), à peu près 10% de la population peut être reconnue comme bisexuelle avec une légère supériorité des femmes qui s'explique en particulier par une réticence d'aveux chez les hommes[7]. Il est a noter que les populations homo/bi-sexuel-le-s ont des caractéristiques propres comme : un âge moins élevé pour le premier rapport, un plus grand nombre de partenaires (rarement exclusif pour un seul sexe) et qui s'accompagne d'un profil social aussi différencié (études plus longues, grandes villes, …) [8]


Les MST et la peur du SIDA

Préservatif

Tous les comportements sexuels impliquent le contact avec une autre personne (surtout certains frottements qui s'accompagnent infailliblement de petits saignements ou de pertes de liquide séminal) et provoquent par conséquent un risque de transmission de maladies sexuellement transmises. C'est en cela qu‘elles influencent les comportements : des pratiques sexuelles plus sûres sont recommandées (usage du préservatif), d'autres déconseillées ; à l'extrêmes, le risque de MST est quelquefois mis en avant pour faire valoir les idées de fidélité et de monogamie. C'est ainsi que les campagnes de sensibilisation contre le SIDA marquent un palier certain dans la logique introduite par la révolution sexuelle.

Place des croyances et religions

Le comportement sexuel, comme d'autres genres d'activité sociale, est le plus souvent régi par des règles ou des coutumes qui peuvent changer radicalement selon la culture locale (voir Moralité et Norme). Historiquement, la majorité des sociétés occidentales et des religions judéo-chrétiennes ont regardé le sexe comme approprié seulement lors d'une relation maritale ainsi qu'à des fins essentiellement reproductives. Il subsisterait même une croyance populaire prétendant que les actes sexuels sont dévalués quand ils sont réalisés en dehors d'une relation amoureuse à long terme et monogame, ce que contredisent les données statistiques (cf. supra). Cependant, l'activité sexuelle en dehors du mariage et le sexe dit «occasionnel» sont devenus de plus en plus admis et courants dans la société, en particulier au moment de la révolution sexuelle.

La religion et l'origine géographique exercent toujours une influence notable sur les comportements : les chrétiens ou les musulmans pratiquants déclarent ainsi moins de partenaires sexuels dans leur vie et ont une entrée dans la sexualité sensiblement retardée - à l'inverse des personnes se déclarant sans aucune croyance…

Enfin, les religions jouent un rôle majeur dans la réalisation des normes comportementales sexuelles : Alain Corbin[9] a ainsi mis en avant la structuration des comportements toujours reconnus comme plus «acceptables» dans la société chrétienne (sexualité exclusivement limitée au coït hétérosexuel, position recommandée du missionnaire, interdit de la masturbation…), y compris dans les figurations pornographiques (tolérance de l'homosexualité féminine, refus de la sodomie…). D'autres religions (tantrisme) semblent au contraire avoir poussé à leurs limites les expressions «libres» des comportements sexuels.

Place de la législation

La loi est évidemment un palier normatif majeur car elle pose nettement des interdictions en considérant certaines conséquences de comportements sexuels comme des «crimes». La plupart des pays condamnent ainsi les agressions sexuelles, comme l'inceste et le viol, mais aussi les abus sur des mineurs, mais également l'exhibitionnisme (atteinte à la pudeur) ou la prostitution (activités sexuelles rémunérées). . Braver ces interdits peut former en soi une finalité : les rédigés libertins et surtout ceux du marquis de Sade montrent ouvertement une volonté de s'attaquer aux lois tout autant qu'aux croyances an abusant de certaines figures aussi violentes qu'illégales. Presque l'ensemble des cultures considèrent en effet inacceptable de forcer quelqu'un à s'engager dans une relation sexuelle s'il n'est pas consentant. Ceci se nomme une agression sexuelle, qui peut être un attouchement sexuel ou, dans le cas des rapports pénétratifs, cela se nomme un viol. Les détails sur ce terme peuvent être différents selon le pays et de sa culture. En outre, exactement en ce qui concerne le consentement réel pour engager une relation sexuelle, ce dernier change suivant la culture. La législation définit ce qui forme un consentement, et inclut l'âge de consentement, l'âge minimum auquel une personne peut consentir pour avoir un rapport sexuel. En France, l'âge est fixé à 15 ans, quelle que soit sa sexualité ; en Belgique et en Suisse, c'est 16 ans - en dessous de cet âge, il y a abus sexuel sur mineur ou atteinte sexuelle sur mineur. En France, les perversions sexuelles, exceptées celles qui incluent une activité criminelle (dans les cas de pédophilie et de sadisme, par exemple), ne sont a priori pas condamnables comme telles.

Histoire d'une norme légale : la sodomie

Jusqu'aux milieu du XXe siècle, certaines pratiques sexuelles, comme la sodomie, sont illégales dans la quasi-totalité des nations. Les lois interdisant l'homosexualité ont changé énormément à travers l'histoire, évoluant selon la culture, des tabous et des coutumes religieuses et sociales, etc. De telles lois sont fréquemment visées ou appliquées différemment selon le genre, et sont par conséquent clairement discriminatoires. A titre d'exemple, en Angleterre au cours du règne de la Reine Victoria, des lois contre le comportement homosexuel, et contre la sodomie ont visé particulièrement l'activité homosexuelle masculine, et n'ont pas abordé l'activité homosexuelle féminine. Un exemple bien connu d'application de telles lois dans des temps modernes peut être trouvé dans l'article sur Alan Turing.

Plusieurs formes d'activités homosexuelles sont interdites dans plusieurs régions du monde, ainsi qu'à différentes époques de l'histoire. En 2003, la décision de la Cour suprême relative à Lawrence v. Texas a inversé l'ensemble des lois sur l‘ensemble des Etats. Jusque lors, de telles lois s'appellent «lois sur la sodomie» et incluent aussi des textes sur l'âge de consentement, la «décence», et ainsi de suite. Ces pratiques jugées moralement intolérables sont aussi inclues dans des définitions psychiatriques comme paraphilies. Actuellement, la sodomie le demeure dans certains pays (surtout en Afrique et dans des pays musulmans, mais également dans certains états des États-unis) même entre adultes consentants. [10].

Notes et références

  1. En juillet-août, les médias ont pris l'habitude en premier lieuer le sujet : en 2008, en France, les revues Ideat, Vogue et Les Inrockuptibles ont tous trois publiés des numéros spéciaux… Chacun se défend de rester dans l‘érotique sans sombrer dans le pornographique, soit le commun et le vulgaire !
  2. A titre d'exemple, l'estimation du nombre de partenaires rencontrés dans une vie semble en régression pour les individus nés après 1970
  3. Il y a peu de temps mesurées dans l'enquête sur le «Contexte de la sexualité en France», dite CSF, menée en 2006 et publiée par Nathalie Bajos et al., Enquête sur la sexualité en France…, 2008.
  4. op. cit., p. 315-328
  5. ab op. cit., p. 282
  6. op. cit., p. 279
  7. cet écart tendant à se diminuer sous certaines conditions
  8. Conséquence plus que cause : cette différenciation s'explique en particulier par une meilleure tolérance des minorités sexuelles dans certains environnement sociaux. Voir Nathalie Bajos et Nathalie Beltzer, «Les sexualités homo-bisexuelles : d‘une acceptation de principe aux vulnérabilités sociales et préventives» in Enquête sur la sexualité en France, op. cit. , p. 243-273
  9. Alain Corbin, , L'harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l'avènement de la sexologie, Perrin, 2007.
  10. Sodomy Laws

Bibliographie

  • Anders Agmo Elsevier 2007
  • Nathalie Bajos et Michel Bozon (sous la direction de ), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Éditions La découverte, 2008. (ISBN 9-782707-154293) (enquête dite CSF-2006, voir dossier de presse)
  • Yves Semen, La Sexualité selon Jean-Paul II, Presses de la Renaissance, 2004. (ISBN 978-2750900366) .
  • Alfred Spira, Nathalie Bajos et al., Les comportements sexuels en France, La Documentation Française, 1993 (enquête dite ACSF-1992).
  • Serge Wunsch Thèse de doctorat sur le comportement sexuel Paris Sorbonne 2007

Sitographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Comportement_sexuel_humain.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 06/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu